Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LE BLOG DE JACK - Ancien militaire des OPEX (Liban - Kosovo...) et porte-drapeau à l'UFAC des Côtes d'Armor.

02 May

Brésil: le pari impossible de la pacification des favelas.

Publié par jack

Brésil: le pari impossible de la pacification des favelas.

Coupe du monde de 2014, Jeux olympiques de 2016, à coup sûr le Brésil sera d’ici un an la vitrine sportive du monde. Pour assurer la tranquillité des futurs touristes, le gouvernement brésilien a décidé de réaménager les favelas.

Rien qu’à Rio, on compte 968 favelas. ©Charles Rassaert

Les stéréotypes ont la vie dure. Parmi les questions que l’on me pose régulièrement sur le Brésil, une revient sans cesse, le pays est-il si dangereux ? Les favelas ne sont-elles pas des zones de non-droit ? Il faut dire qu’en Europe, l’image véhiculée par les médias s’arrête aux travestis, au football et aux films sur les favelas (La cité de dieu, La cité des hommes, Troupes d’élites). Tout est fait pour présenter le Brésil comme un pays risqué, menaçant. Or, si cette situation est bien réelle, le gouvernement brésilien est en train d’y remédier.

Insalubre, la favela est une forme de bidonville regroupant les chômeurs, les travailleurs pauvres qui n’ont pas accès à des logements sains mais aussi les gangs mafieux. Elle est omniprésente : on la trouve presque partout au Brésil (flanc des collines, près des ports). Rien que dans la ville de Rio de Janeiro, on compte 968 favelas comme la Cidade de deus, Morro do Borel ou encore Bento Ribeiro.

Depuis 2008, le Brésil s’est lancé dans un vaste programme de pacification de ces bidonvilles ressemblant étrangement à la politique de la tolérance zéro menée par le maire de le la ville de New York (Rudolph Giuliani) à la fin des années 1990.

En 2013, trente favelas de Rio de Janeiro sont pacifiées

Le gouvernement brésilien souhaite reprendre le contrôle de certaines zones tombées dans le grand banditisme (trafic de drogue essentiellement) et gérées exclusivement par des groupes armés. Il n’est donc pas rare quand on lit le journal de tomber sur un article faisant référence à une nouvelle intervention musclée de l’UPP (unité de police pacificatrice).

En 2010, à la suite d’une vague d’attentats commis dans le complexe do Alemão (on y compte 13 favelas), 2600 membres de l’UPP ainsi que des blindés avaient envahi cette zone pour lutter contre les narcotrafiquants. Les criminels exclus des favelas se sont retranchés dans la banlieue de la ville, le problème est finalement déplacé.

Faire reculer les zones du crime loin des touristes et préserver une paix fragile semblent être les priorités du gouvernement, mais cette situation va demeurer jusqu’à quand ?

Aujourd’hui, l’UPP reste une police de proximité pour les habitants des favelas loin de tous ces trafics. La pacification a permis de développer et de répandre une nouvelle image de ces zones devenues plus calmes, plus rassurantes. Le prix de l’immobilier est même en augmentation.

Pour finir, je vous invite à regarder ce très bon reportage sur le même thème publié chez nos confrères de France 24 :

Source:actudefense.

Commenter cet article

À propos

LE BLOG DE JACK - Ancien militaire des OPEX (Liban - Kosovo...) et porte-drapeau à l'UFAC des Côtes d'Armor.