Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LE BLOG DE JACK - Ancien militaire des OPEX (Liban - Kosovo...) et porte-drapeau à l'UFAC des Côtes d'Armor.

13 Mar

Une ambulance s'est arrêtée devant le palais de l'Elysée...

Publié par jack

rtr2zpbn.jpg

Elle était vide. Et François Hollande en est descendu.

Peinard et pépère
Publié le 13 mars 2013

 Crédit Reuters

Des ambulances, il y en a de toutes sortes. Des sur lesquelles figure la croix rouge. D'autres, avec le croissant rouge. D'autres encore affichent l'étoile juive. Mais la France - pays d'exception - en a une que la Terre entière, sans nous l'envier, regarde, éberluée et stupéfaite. Sur ses parois, on peut voir un poing tenant une rose. Elle est unique, exceptionnelle donc ,et restera, sauf accident, en service jusqu'en 2017. Au volant, un ambulancier nommé Pépère. Ses proches le surnomment ainsi tant est grande sa capacité à poursuivre son petit bonhomme de chemin sans se laisser perturber par les tempêtes, cyclones, et autres raz-de-marée. Qu'il vente ou qu'il pleuve, il arbore toujours le même sourire satisfait et béat (nigaud, disent les mauvaises langues).

Cette ambulance ne fait rien comme les autres. Le long de sa route gisent par millions des blessés et des agonisants. Ouvriers licenciés, employés au chômage, retraités étranglés, patrons en faillite. Elle ne les ramasse pas. L'ambulancier en effet ne veut pas salir son véhicule dans lequel il se trouve bien. Il sourit car il se raconte des histoires drôles dont il a fait provision pendant de longues veillées corréziennes. Rien ne peut atteindre ce bonhomme qui est aussi un homme bon. Pourtant, sur cette ambulance on tire de partout et sans relâche. Les méchants de l'UMP y vont au canon. Les communistes utilisent, évidemment, des boulets rouges. A l'ultra gauche, Mélenchon manie le bazooka. Les Verts, moins sanguinaires, se servent d'arcs et d'arbalètes pour lancer -c'est écologique- des flèches en bois. Et même du côté de ses soutiens, on commence à sortir des pistolets à bouchon (pour le moment) : ainsi, Cambadélis, un de ses fidèles, a estimé que l'ambulancier "parlait trop" (sous-entendu pour ne rien dire ?).

Mais il en faut plus pour entamer la placidité de l'ambulancier et le train-train peinard de son véhicule. Il est sage, et il se souvient que son prédécesseur, un nerveux et un agité de première, pilotait un char d'assaut qui écrasait tout sur son passage. Ça lui a coûté son poste. Avec une ambulance, il y a, pense-t-il, moins de risque. Et, patatras, un sondage incroyable, invraisemblable et apocalyptique, lui apprend que ses concitoyens lui préfèrent le tankiste déchaîné, celui dont il avait dit que "on ne le reverra plus".

Un instant, il est troublé mais une bonne blague de derrière les fagots lui fait retrouver sa sérénité. Car il a un cap à tenir et il sait où il va : 55, rue du faubourg de Saint-Honoré, Paris 8e. Et là, pour savoir ce qui se passe à l'arrivée, il faut paraphraser Churchill. Ce dernier avait été battu lors des premières élections de l'après-guerre par son rival travailliste Clément Attlee. Il n'avait pour lui ni considération, ni estime. En un mot, il le trouvait sot. Churchill eut cette phrase : "une voiture vide s'est arrêtée devant le 10, Downing Street (siège des Premiers ministres britanniques, ndlr) et Clément Attlee en est descendu". Une ambulance vide s'est arrêtée devant le 55, rue du faubourg Saint-Honoré et François Hollande en est descendu...

Source: atlantico.

 

Commenter cet article

À propos

LE BLOG DE JACK - Ancien militaire des OPEX (Liban - Kosovo...) et porte-drapeau à l'UFAC des Côtes d'Armor.