Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LE BLOG DE JACK - Ancien militaire des OPEX (Liban - Kosovo...) et porte-drapeau à l'UFAC des Côtes d'Armor.

19 Jan

Sahel: Qui sont les héritiers de Ben-Laden ?

Publié par jack

2494251 faitdujours 640x280Terroristes, trafiquants, gangsters, religieux… Les groupes armés qui font couler le sang au Sahel continuent de défier la France et ses alliés.

 

La a frappé très fort dans la fourmilière islamiste en déclenchant il y a huit jours une opération militaire de grande envergure pour sauver Bamako. Au risque — calculé selon elle — que les fronts se multiplient dans les semaines qui viennent tant les groupes jihadistes ont prouvé qu’ils pouvaient agir un peu partout dans cette immense zone sahélienne.

De la Mauritanie au Niger, du Mali à l’Algérie, les intérêts occidentaux sont nombreux et les cibles potentielles difficiles à protéger. Cela ne fait pas de doute, les nouveaux chefs de guerre, que le public français ne connaissait pas, eux, sont prêts à tout. A commencer par les Algériens d’Aqmi : le charismatique Abou Zeid et le dissident Mokhtar Belmokhtar. Mais aussi le puissant chef touareg d’Ansar Dine, Iyad Ag Ghaly.
Hier soir, les opérations se poursuivaient autour du complexe gazier algérien d’In Amenas. Pas de caméras, très peu d’informations : ce sont les autorités algériennes qui ont communiqué toute la journée. Après l’assaut des forces spéciales, 573 otages algériens et près de 100 des 132 otages étrangers auraient été libérés. Mais le nombre de victimes était encore imprécis : 12 selon Alger, plus de 40 selon d’autres sources. A , a confirmé la mort d’un Français (lire page 4), tandis que sept Occidentaux (trois Belges, deux Américains, un Japonais et un Britannique) étaient toujours, hier soir, aux mains d’un groupe de terroristes réfugié dans la salle des machines avec armes et explosifs. Les ravisseurs seraient venus du Niger et non de Libye, comme on l’avait cru un moment.
Sur le front malien, Paris muscle sa présence militaire. Selon nos informations, le dispositif Serval compte déjà 2700 soldats (dont 1800 au Mali). Les autres se trouvent dans les pays voisins, notamment sur les bases aériennes d’où décollent Mirage et Rafale. Et ce n’est pas fini : bientôt les Français seront 3000 et même davantage. « Oui, nous allons encore monter en puissance confirme une source militaire. Pourquoi? Parce que nous ne pouvons pas prendre le risque d’échouer. »
François Hollande se tient informé presque heure par heure de la situation opérationnelle, en ligne directe avec son ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian. Il a passé plusieurs nuits à l’Elysée depuis le déclenchement de l’opération. Sur le terrain, les forces maliennes, épaulées par des unités françaises, ont repris la ville de Konna dans le centre du pays. Tandis que l’aviation a poursuivi ses raids sur des objectifs situés près du front. La France attend maintenant les premiers éléments de la force africaine pour remonter plus franchement vers le nord. Réunis aujourd’hui à Abidjan (Côte d’Ivoire) pour un sommet de crise, les chefs d’Etat de la région doivent annoncer de quelle manière ils comptent participer à cette guerre du désert.

Le Parisien.fr

Commenter cet article

À propos

LE BLOG DE JACK - Ancien militaire des OPEX (Liban - Kosovo...) et porte-drapeau à l'UFAC des Côtes d'Armor.