Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LE BLOG DE JACK - Ancien militaire des OPEX (Liban - Kosovo...) et porte-drapeau à l'UFAC des Côtes d'Armor.

08 Mar

Mali: Elle finit quand la guerre ?"le mois prochain."

Publié par jack

panthere-ifoghas-300x199.jpg

Les Français quitteront le Mali le mois prochain. C’est ce que promettait hier François Hollande. Oui, mais le mois dernier, ses ministres parlaient de mars. Ces effets d’annonce ont-ils une utilité ?

Début mars : des légionnaires cherchent et combattent les djihadistes dans le massif de l’Adrar.

Les interventions militaires de la dernière décennie ont systématiquement eu tendance à se transformer en fardeau politique. L’ampleur de la tâche, surtout dès lors qu’elle confronte des armées conventionnelles à des insurrections, est telle que les opinions se lassent rapidement d’un engagement coûteux en finances publiques et en hommes. François Hollande et son gouvernement semblent vouloir échapper à tout prix à cette spirale qui tendait dès les premières semaines de Serval à hurler à l’enlisement.

Quatre soldats français ont été tués au Mali, en près d’un mois et demi d’opérations sur place. En marge d’un déplacement ce mercredi à Varsovie, en Pologne, le chef de l’Etat a annoncé deux nouvelles. La mauvaise était la mort du brigadier-chef Wilfried Pingaud. La bonne, c’était le début du retrait des troupes tricolores de ce théâtre dès le mois d’avril. François Hollande, précisant que les combats dans Serval était entré dans sa « phase ultime », promet que dès le mois prochain, après un long mois de mars marqué par les opérations contre les poches djihadistes, « il y aura une diminution du nombre de soldats au Mali ». Une promesse confirmée dès ce matin sur RTL par le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius.

Le patron du Quai d’Orsay, tout comme son homologue à Brienne, Jean-Yves Le Drian, annonçaient pourtant déjà début février un début de désengagement … au mois de mars. Déjà, après trois semaines d’opérations, la déclaration du ministre de la Défense pouvait passer pour optimiste. On peut à présent s’interroger sur l’intérêt et les conséquences de ces effets d’annonce, sur la mission des militaires. 

Le mois de mars devrait en tous les cas être marqué par des phases de combat intenses. Les Ifoghas restent un territoire hostile et complexe à sécuriser. Les militaires français et africains sur place semblent pourtant avoir obtenu de bons premiers résultats, neutralisant à présent plusieurs centaines de djihadistes et d’importantes quantités d’armes. Deux des principaux leaders d’AQMI, Abou Zeïd et Moktar Belmoktar (chef d’une branche dissidente), auraient été tué. Si Paris n’a pas encore confirmé cette information, François Hollande a laissé entendre mercredi que « des chefs terroristes ont été anéantis ».

Les 4000 soldats français présents au Mali pourront-ils bien rentré en France le mois prochain ? Pour paraphraser Jean-Yves Le Drian lors d’une interview le 6 février dernier : oui, « si tout va bien ».

Photo : ECPAD /G. Mariett

Source:actudefense.

 

 Que les politiques laissent le soin de régler le problème du Mali aux militaires;les mili. eux ne se mêlent pas de politique:chacun sa "merde" et" les vaches seront bien gardées..."

Commenter cet article

À propos

LE BLOG DE JACK - Ancien militaire des OPEX (Liban - Kosovo...) et porte-drapeau à l'UFAC des Côtes d'Armor.