Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LE BLOG DE JACK - Ancien militaire des OPEX (Liban - Kosovo...) et porte-drapeau à l'UFAC des Côtes d'Armor.

10 Dec

Les premières images du djiadiste Belmokhtar.

Publié par jack

mokhtar-belmokhtar-est-le-responsable-presume-de-la-mort-de.jpg

"Sud Ouest" s'est procuré une vidéo dans laquelle, Mokhtar Belmokhtar, responsable présumé de la mort de quatre Français en Mauritanie, annonce la création d'un nouveau groupe islamiste au Mali


Mokhtar Belmokhtar est le responsable présumé de la mort de quatre Français en Mauritanie en 2007


Responsable présumé de l’enlèvement et de la mort de plusieurs ressortissants français dans les pays du Sahel, l’Algérien Mokhtar Belmokhtar vient de quitter Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi ) dont il est à l’origine de la branche installée au Sahara.

Dans une déclaration vidéo dont "Sud Ouest" a pu se procurer une copie, la première pour cet homme dont aucune image authentifiée n’a jamais circulé jusqu’ici, Mokhtar Belmokhtar, annonce sa rupture avec Al Qaida. Cependant il ne quitte pas le djihadisme.

En France, Belmokhtar est présumé responsable de la mort survenue le 24 décembre 2007 de quatre Français près d’Alger en Mauritanie, qui entraîna l'annulation de l’édition 2008 du rallye Paris-Dakar, ainsi que l’enlèvement en janvier 2011 de deux jeunes français à Niamey, au Niger, finalement tués lors d’un assaut lancé par les troupes spéciales françaises contre les ravisseurs qui tentaient alors de regagner leurs bases dans le nord du Mali.

Dans cet enregistrement où il apparaît à visage découvert, à côté du drapeau noir des djihadistes et une kalachnokov à la main, Belmokhtar annonce la mise sur pied d’un nouveau groupe islamiste armé dénommé les "Signataires par le sang".Sa base serait installée dans la ville malienne de Gao, contrôlée par les islamistes du Mouvement pour le Djihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), une dissidence d’Aqmi.

La vocation du nouveau groupe de Belmokhtar, est, selon ses propres mots, d’aider à la consolidation du règne de la Charia dans le Nord Mali où les islamistes armés, après en avoir chassé l’armée malienne au printemps dernier, appliquent la loi islamique de manière très stricte.

Belmokhar met aussi en garde contre toute intervention étrangère dans la région et appelle les Musulmans du monde entier à venir renforcer les rangs des djihadistes dans le Nord du Mali.

Il parle aussi de la « France mécréante » qu’il accuse d’être l’une des causes principales des problèmes que rencontre son pays d’origine, l’Algérie, dont il qualifié les élites, politiques, militaires, économiques et culturelles de « fils de la France ».

Surnommé "l'insaisissable" pour n’avoir jamais été arrêté, Belmokhar est l’un des premiers djihadistes installé au Sahara malien, où il est parvenu à se créer de solides alliances tribales et familiales avec des groupes locaux pour sillonner à sa guise cette vaste "zone grise", très difficile à contrôler, aux confins du sud Algérien, du Tchad, du Mali du Niger et de Mauritanie.

Né en juin 1972 à Ghardaia, à 600 km au sud d'Alger, BelMokhtar était très jeune quand qu’il a commencé à s’intéresser au djihad, notamment celui des moudjahidines afghans, en lutte contre l'armée soviétique au début des années 1980.

Il les rejoint en 1991, à peine âgé de 19 ans, et s'entraîne dans les camps afghans de ce qui va plus tard devenir Al-Qaïda, rencontrant des hommes qui deviendront des responsables du réseau.

Touché à un œil par un éclat d'obus au combat, il y gagne l'un de ses nombreux surnoms : "Laouar" (le borgne). De retour en Algérie en 1993, juste après l'annulation par le régime des élections remportées par le Front Islamique du Salut (FIS), il met à profit son expérience afghane pour devenir l'un des chefs militaires du Groupe islamiste armé (GIA), dans sa région natale.

Lors de la scission survenue en 1998 au sein du GIA, il prend part à la fondation du Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), qui deviendra en 2007 la branche maghrébine d’Al Qaida. C’est l’époque où il part s’installer dans le Sahara malien.

Pour financer ses activités, notamment l’achat d’armes, Belmokhtar se spécialise alors dans le rapt d’occidentaux, qu’il a l’habitude d’échanger contre d’importantes rançons. « Beaucoup de pays européens, dont la France nous versent régulièrement des dizaines de millions d’euros pour laisser leurs ressortissants tranquilles », reconnaissait, voici quelques semaines à "Sud Ouest", l'un de ses proches Oumar Ould Hamaha, un chef djihadiste malien dont l’Algérien a épousé une nièce. Une thèse soutenue par des journaux algériens proches des services de renseignement, l’accuse aussi de s’adonner à la contrebande, notamment de cigarettes, d’où son autre surnom de « Mister Marlboro », ce que toutefois contestent ses proches.

 

Source: Sud-Ouest.

 

Une bonne tête de vainqueur!

 

 

Commenter cet article

À propos

LE BLOG DE JACK - Ancien militaire des OPEX (Liban - Kosovo...) et porte-drapeau à l'UFAC des Côtes d'Armor.