Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LE BLOG DE JACK - Ancien militaire des OPEX (Liban - Kosovo...) et porte-drapeau à l'UFAC des Côtes d'Armor.

05 Jan

La Suisse: ses vaches,ses montagnes,ses armes à feu...

Publié par jack

dv-1001861-jpg_876024.JPG

La gauche suisse voudrait en finir avec la détention systématique d'armes à feu par les citoyens. © Fabrice Coffrini / AFP

 



Trois jours après le drame de Daillon, dans le canton du Valais, où un homme de 33 ans a tué trois femmes et blessé grièvement deux hommes, La Tribune de Genève revient longuement sur cette fusillade. Le quotidien révèle qu'au domicile du tireur, la police a trouvé deux mousquetons, un fusil de chasse à grenaille, une carabine à plombs, un pistolet soft air, un pistolet d'alarme, des dizaines de cartouches, des bandes de chargement pour mitrailleuse, des poignards et des baïonnettes...

Or Florian B., le forcené, ne travaillait pas. Mis sous tutelle, bénéficiant d'une rente d'invalidité, il avait déjà été interné en milieu psychiatrique. Selon ses voisins, il aurait commencé à déprimer et à boire lorsqu'il n'a pas pu devenir... instructeur professionnel dans l'armée. Comment cet homme déséquilibré a-t-il pu se procurer autant d'armes ?

Une armée de milice

C'est un débat que veut relancer d'urgence la gauche en Suisse. Dès lundi, le parti socialiste posera la question au sein de la commission de politique de sécurité du Conseil national (Assemblée nationale). Un sujet particulièrement sensible, tant le lobby des armes à feu est proportionnellement aussi puissant en Suisse qu'aux États-Unis. Il y aurait dans le pays entre 2,3 et 4,5 millions d'armes, pour huit millions d'habitants !

C'est d'abord l'histoire qui a banalisé la possession d'armes. Petit pays de montagne, pendant longtemps la Confédération n'a pu nourrir ses fils, qui s'engageaient comme mercenaires dans toutes les armées d'Europe. Ensuite, la Suisse a créé une armée de milice. Chaque citoyen est un soldat, convoqué tous les ans pour une période militaire et des cours de tir.

Échec d'un référendum

Résultat, chaque Suisse garde son fusil à la maison, théoriquement rangé loin des munitions. Quant au tir, il reste l'un des sports les plus pratiqués dans le pays. Seulement voilà, que deviennent les armes quand un citoyen âgé n'effectue plus de préparation militaire ? Toujours dans La Tribune de Genève, Christian Levrat, le président du PS, rappelle qu'il n'y a pas de registre national des armes à feu, et donc aucun suivi d'un canton à l'autre.

Le problème, c'est que tout référendum sur le sujet paraît voué à l'échec. En février 2011, l'initiative de la gauche "Pour une protection contre la violence des armes", qui voulait supprimer les armes militaires à domicile, a été rejetée par 56,3 % des voix. La droite avait mis en avant le sens des responsabilités des citoyens suisses. Le pays se veut le champion du bon usage des armes à feu.

Tuerie à Zoug en 2001

En Suisse, il n'y aurait que 0,5 homicide commis par arme à feu pour 100 000 habitants. C'est huit fois moins qu'aux États-Unis, deux fois moins qu'en Allemagne. En revanche, on constate beaucoup plus de suicides par balle chez les hommes que dans les pays voisins. La dernière tuerie remonte au 27 septembre 2001, un homme avait abattu onze députés et trois ministres dans le Parlement du canton de Zoug.

Par ailleurs, Jean-Marie Bornet, porte-parole de la police du canton du Valais, a précisé que la police française n'avait pas fait de demande spécifique pour entendre le forcené de Daillon au sujet de la tuerie de Chevaline. Il existe bien une demande de la police française, mais elle concerne tous les homicides non élucidés en Haute-Savoie depuis deux ans.

 

Source: www. Le Point.fr

Click here to find out more!

Commenter cet article

À propos

LE BLOG DE JACK - Ancien militaire des OPEX (Liban - Kosovo...) et porte-drapeau à l'UFAC des Côtes d'Armor.