Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LE BLOG DE JACK - Ancien militaire des OPEX (Liban - Kosovo...) et porte-drapeau à l'UFAC des Côtes d'Armor.

18 Apr

L'armée de terre face aux menaces budgétaires.

Publié par jack

armee-de-terre-mali-1335860-jpg_1220354.JPG

Pour sauver les Rafale, les A400-M et autres sous-marins nucléaires, la défense aurait trouvé une mine budgétaire : l'armée de terre ! Remous à prévoir...

 

À l'occasion des débats budgétaires qui s'engagent, l'armée de terre estime qu'elle court un risque sérieux de se faire tondre la laine sur le dos. Elle se trouve de fait dans une position délicate, mais ne souhaite pas pour autant engager publiquement le débat, ni sur son rôle, ni sur ses besoins, ni sur ses missions. Au petit jeu du lobbying, elle se trouve très loin de camarades de combat maîtrisant beaucoup mieux qu'elle-même les subtilités de l'exercice. Il est, par exemple, aujourd'hui acquis que l'armée de terre va perdre un volume important de personnels et d'unités de combat. Que les effectifs des armées baissent de 20 000 ou de 30 000 hommes au cours de la prochaine loi de programmation militaire (nous avons entendu citer le chiffre de 23 000 hommes), ce sont de toute façon les terriens qui seront mis le plus à contribution. Et sans le dire vraiment, l'armée de terre trouve cela très injuste, du haut en bas de la hiérarchie...

Le prix du sang

Pour autant, elle se bat aujourd'hui bec et ongles dans les instances parlementaires et gouvernementales pour remonter la pente. L'exceptionnelle démonstration de son expertise opérationnelle durant la guerre du Mali, singulièrement celle des forces spéciales et de l'infanterie, n'a pas vraiment rassuré l'armée de terre. Sans doute cet incontestable succès a-t-il été conduit alors même que le désengagement des forces combattantes de l'Afghanistan venait d'être achevé sans aucune anicroche, dix jours plus tôt. "Quelle armée au monde est capable de cela ? interroge un officier. Nous avons fait la preuve de notre courage et de notre promptitude. L'approbation internationale est générale !" On a souvent lu que cette guerre aurait été une "aubaine" pour l'armée de terre, apte à répondre dans l'heure au coup de sifflet du chef des armées, François Hollande. Ravie aussi d'exposer le savoir-faire de ses personnels et ses matériels. Et malheureuse d'avoir eu à payer à plusieurs reprises, de nouveau, le prix du sang. Il n'est pas interdit de rappeler qu'a contrario le conflit de Libye demeure à ce jour la première guerre "zéro mort" de l'histoire de l'armée française. Pour une fois, il n'y avait pas eu de troupes au sol.

Tous les jours, elle se bat

Des stratèges en chambre ne manquent pas de prétendre que c'est justement là, l'avenir de la guerre. À distance. Avec des ordinateurs flottants ou volants. Sans jamais voir l'ennemi ailleurs que sur des écrans, à distance de sécurité. Mais un observateur attentif de ces affaires note : "Depuis la guerre du Golfe, la France n'a jamais eu que des adversaires terrestres. Une armée agit, protège, évacue les populations, occupe le terrain, fournit l'effort principal et essuie aussi plus de 80 % de pertes. Les deux autres concourent et appuient. Recherchez donc depuis quand la France n'a pas été engagée dans un vrai combat naval ou aérien ? L'armée de terre, c'est tous les jours qu'elle se bat !" Certains officiers, tenus à demeurer anonymes s'ils veulent conserver leur emploi, estiment purement scandaleux que l'armée de terre soit considérée - à leurs yeux - comme le grand réservoir où il sera possible de supprimer crédits et personnels. Ils estiment pourtant constituer la principale cible des travaux du Livre blanc et de la future loi de programmation militaire (LPM).

En constante surchauffe

Sans le dire tout en le laissant écrire, nombreux sont ceux qui pensent, au ministère de la Défense et dans les autres armées, que les "terriens" sont trop nombreux, trop encadrés, que les premiers équipements vraiment très modernes dont ils sont enfin dotés (VBCI, hélicoptères Tigre et Caïman, système de combat Félin) n'ont guère d'utilité, etc. Renseignement pris, l'armée de terre représente 48 % des effectifs des armées et 29 % de leurs dépenses de personnels ; 20 % seulement du budget d'équipement vont aux forces terrestres. Quant au débat sur les effectifs, il agace particulièrement ce cadre spécialiste des ressources humaines qui détaille les moyens de son armée : "Sur le papier, l'armée de terre compte 134 000 personnels, dont 10 000 civils. Onze mille personnes sont affectées hors défense (huit mille pompiers de Paris, deux mille dans les unités de sécurité civile (ministère de l'Intérieur), mille au service militaire adapté (ministère des Outre-mer) et vingt deux mille contribuent au fonctionnement du ministère de la Défense et aux services interarmées." En réalité, 72 000 hommes seulement sont aptes à être "projetés" pour faire la guerre, parmi lesquels la brigade des forces spéciales, le service action de la DGSE, les discrètes unités chargées de la guerre électronique.

Trop nombreuse, l'armée de terre ? Au jour donné, il n'y a en réalité pas plus de 18 000 hommes disponibles pour une mission de 4 à 6 mois à l'étranger, car il faut compter sur le "facteur 4" : un homme sur le terrain a passé 4 ou 6 mois à s'entraîner sur le terrain de manoeuvre, le même temps en alerte et en formation technique, suivis par une période de repos. Dans les autres armées comparables (États-Unis, Allemagne, Royaume-Uni), ce facteur est de 5..., ce qui explique en partie que les personnels de l'armée de terre soient en constante surchauffe !

Click here to find out more!

Source:le Point.fr

Commenter cet article

À propos

LE BLOG DE JACK - Ancien militaire des OPEX (Liban - Kosovo...) et porte-drapeau à l'UFAC des Côtes d'Armor.