Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LE BLOG DE JACK - Ancien militaire des OPEX (Liban - Kosovo...) et porte-drapeau à l'UFAC des Côtes d'Armor.

27 Feb

L'Afrique: une vaste zone de non droit ?

Publié par jack

paysage-mali.jpg

Pour le Quai d’Orsay, 36 des 54 Etats africains sont déconseillés aux voyageurs. Guerres, prises d’otages, coupeurs de route, pirates, attentats, révoltes … la liste des menaces est variée pour dissuader touristes, investisseurs et même humanitaires.

Les combats dans le Sahel entraîne des risques dans presque toute la moitié nord de l’Afrique.

Guerre au Mali oblige, le ministère des Affaires étrangères a revu ses conseils aux voyageurs dans un certain nombre de pays. Samedi dernier, c’était au tour du Bénin de se voir ajouté à la liste des destinations peu recommandables. Ce petit Etat du golfe de Guinée ne semblait pas jusqu’ici particulièrement en proie aux violences ou aux dangers. Mais voila, frontalier du Nigéria et du Niger, il participe en tant que membre de la Cédéao au déploiement de troupes au Mali dans le cadre de la Misma. Quelques centaines d’hommes qui font craindre à la France des risques d’attentats et d’enlèvements pour les résidents et les voyageurs.

Les violences en Afrique sub-saharienne ne sont pas nouvelles. Certains pays sont depuis des années connus pour les risques qu’y représente un voyage, notamment dans certaines régions. Le Soudan, le Tchad, la Libye ou le Nigéria sont en proie depuis des années à la menace d’insurrections et de groupes terroristes. Il peut être plus surprenant de voir s’ajouter à la liste des pays comme le Cameroun, où viennent d’être enlevés sept Français, ou le Sénégal. Des destinations qui étaient jusqu’ici largement plébiscitées par les touristes … et qui sont désormais formellement déconseillées par le Quai d’Orsay.

Toute l’Afrique centrale et toute l’Afrique du nord sont désormais déconseillés. 36 pays sur 54 sur la totalité du continent. Dans la majorité des cas, seules certaines régions sont désignées mais globalement, le ministère des Affaires étrangères se montre plutôt dissuasif sur les risques liés à des voyages dans ces pays, qu’il s’agisse de tourisme ou d’affaires. Des traditionnels coupeurs de route aux conflits plus ou moins actifs, la guerre au Mali ajoute à l’inquiétant panorama que Le Monde résume sur des cartes illustrant très bien la position du Quai d’Orsay.

Quelles conséquences ?

En Somalie, un agneau déambule tout naturellement ... au milieu d'une colonne de véhicules militaires.

En Somalie, un agneau déambule tout naturellement … au milieu d’une colonne de véhicules militaires.

Si pour les expatriés installés dans ces pays, le quotidien ne devrait changer que modérément en dehors de quelques ajustements de sécurité, les touristes risques d’être largement dissuadés de faire le déplacement. Comme l’explique très bien l’article du Monde, étudiants, investisseurs et ONG se voient confrontés désormais à des choix compliqués. Si les premiers se verront tout simplement refuser par leurs universités la possibilité de se rendre dans ces régions, les autres devront avoir recours à d’autres solutions, généralement l’emploi d’expatriés locaux.

Les conséquences pour les économies locales sont difficiles à évaluer. Mais la question se fait d’autant plus pressante que le risque sécuritaire dans la plupart de ces régions ne semble pas prêt d’évoluer. Que ce soit dans la région des Grands lacs, le Golfe de Guinée, le Sahel, le Maghreb où les printemps arabes continuent de rebondir, le Tchad, la Somalie et leurs abords … aucune solution efficace ne se profile à l’horizon. Malgré l’apparente violence, le continent africain avait réussi ces dernières années à illustrer sa capacité à développer d’impressionnant noyaux de développement et de créativité. Il était passé, pour le nombre de conflit, largement derrière l’Asie.

Les grands partenaires internationaux ne savent toujours pas comment se positionner concrètement. Si Paris opte pour une extrême précaution affichée et un investissement sur le terrain, sur les plans diplomatique et militaire, la majorité des autres Européens restent discrets en dehors de quelques sites économiques clefs. Les Etats-Unis aussi ont misé sur la discrétion. Ils ont pourtant progressivement développé des implantations économiques, humaines et militaires un peu partout dans la région. Les conseils du Département d’Etat, le ministère des Affaires étrangères américain, sont malgré tout presque les mêmes, la liste des pays africains déconseillés formellement s’élevant à 18. Les Chinois dont la présence en Afrique explose, ont réussit à rester en marge des tensions nationales, en dehors de quelques enlèvement, notamment dans les eaux internationales et au Soudan. Pourront-ils continuer à se maintenir sur le côté ? C’est en tout cas leur souhait le plus cher pour l’instant.

En attendant, l’Afrique reste l’objet des hit-parades les plus sordides de la presse internationale. Foreign Policy, habitué du genre, désigne ainsi quatre Africains pour ses « Dix conflits à surveiller en 2013« , toute la zone sahélienne étant regroupé dans l’un d’eux ; ou encore trois des frontières les plus dangereuses. L’agence Reuters s’intéresse aux pays les plus dangereux pour les femmes, en situant deux sur cinq en Afrique. Forbes de son côté n’hésitait pas à placer 8 des 15 pays les plus dangereux en Afrique. Encourageant …

Photos : ECPAD / J. Lempin & US Marine Corps / Cpl. Jad Sleiman

Source:actudefense.

Commenter cet article

À propos

LE BLOG DE JACK - Ancien militaire des OPEX (Liban - Kosovo...) et porte-drapeau à l'UFAC des Côtes d'Armor.