Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LE BLOG DE JACK - Ancien militaire des OPEX (Liban - Kosovo...) et porte-drapeau à l'UFAC des Côtes d'Armor.

10 Mar

Braquage à Paimpol (22): le gérant de la supérette désarme le voleur.

Publié par jack

130308192309840 83 000 apx 470

 

Mercredi soir, la supérette Carrefour city, dans le centre de Paimpol, est braquée par un homme muni d’une arme de poing. Le directeur du magasin lui tombe dessus et le roue de coups. Il raconte.

Anthony Thébaud, le directeur de la supérette Carrefour city, qui a mis en fuite le braqueur de son magasin, mercredi soir à Paimpol, raconte ces quelques minutes, qui se sont déroulées très vite.

« Il était 20 h 40. Il y avait un client dans le magasin. Regardez la vidéo, on voit tout. » Effectivement, on voit le client qui attend à la caisse, la caissière qui vient s’asseoir à son poste. Puis le braqueur, capuche sur la tête, qui surgit.

Une arme de poing factice

« Il fait irruption dans le magasin, poursuit Anthony Thébaud, avec une arme de poing qui s’est révélée fausse, un pistolet à gaz, un pistolet de loisir que n’importe qui peut acheter dans une droguerie à condition d’être majeur. »

Le braqueur est habillé tout en noir, il a un collant noir sur le visage, et la capuche de son sweat sur la tête. « Il crie : la caisse ! La caisse ! Il brandit son arme. Je salue le professionnalisme de ma caissière, qui a fait ce qu’il fallait : obtempérer. »

Le voleur prend le contenu du tiroir-caisse et le met dans son sac. Mais le directeur, qui était dans la réserve du magasin, entend les cris et se précipite. « J’ai vu l’individu, raconte-t-il, mais lui ne m’a pas vu. Le client me masquait. » Client qui est grand : 1,95 m, et plutôt baraqué. « J’ai pris le braqueur par surprise. Je lui ai sauté dessus. Les circonstances font que j’ai eu l’ascendant sur lui. »

« Je l’ai maîtrisé, mis à terre »

Anthony Thébaud possède une certaine compétence en la matière. « Je suis gérant de magasin, mais je suis aussi réserviste de la gendarmerie mobile. J’ai suivi des formations sur le contact et sur la self-défense. »

Le voilà donc au sol, avec son voleur. « Je l’ai maîtrisé, désarmé, mis à terre et roué de coups. Pendant que j’étais en train de lui mettre des coups de poing, son sac s’est vidé de tout son contenu dans le magasin. Je ne réfléchissais pas, je mettais tout mon cœur dans mes poings. » Et soudain, il le laisse partir. « L’individu a ramassé son sac, vide, et est parti en courant. »

Le voleur en fuite

La caissière a eu le réflexe d’appeler la gendarmerie. « Les gendarmes sont arrivés très rapidement. Ils étaient sur une intervention pour un début d’incendie, pas loin. »

Âgée de 23 ans, la jeune femme travaille dans ce magasin depuis deux ans. Son médecin a établi un certificat médical accompagné d’une ITT (incapacité totale de travail) de 15 jours. Le client, également choqué, a eu une ITT d’une semaine. Et le directeur trois jours.

Il reconnaît : « Je n’aurais pas dû lui sauter dessus. Nous avons des consignes. En situation de crise, il faut laisser faire, laisser partir avec l’argent. » Vendredi soir, le voleur était toujours en fuite.

Anne KIESEL.

Source: Ouest-France.

Un acte d'héroïsme qui aurait pu avoir de graves conséquences;car si l'agresseur avait eu le dessus et avait été en possession d'une arme réelle...

 

Commenter cet article

À propos

LE BLOG DE JACK - Ancien militaire des OPEX (Liban - Kosovo...) et porte-drapeau à l'UFAC des Côtes d'Armor.